ZDIVERS3

En règle générale, lézarder au soleil pendant une semaine entière ne me fait pas peur. Tant et aussi longtemps que j’ai de la lecture et un petit cocktail sucré, je peux paresser des heures sans jamais m’en lasser. Mais cette fois-ci, je l’avoue, c’était un peu différent. Nous étions au Costa Rica et avant même d’y poser les pieds, nous savions que les possibilités de découvertes y seraient très nombreuses. Les volcans nous attiraient, la proximité du Nicaragua nous titillait, mais c’est d’abord et avant tout la faune et la flore qui nous faisait envie. En effet, bien que le Costa Rica soit à peine plus grand que la Nouvelle-Écosse, on y recense pas loin de 5% de la biodiversité mondiale. C’est énorme!

Malheureusement, notre budget n’étant pas illimité, il a fallu faire des choix. Certains ont été guidés par le porte-monnaie, d’autres par les conditions météo (il faisait vraiment chaud!), mais la situation géographique de notre hôtel a aussi modéré certaines de nos envies. Pour bien visiter le Costa Rica, je crois que l’idéal aurait été de louer une voiture afin d’explorer les différentes régions du pays. Mais puisque nous étions en formule « tout-inclus » et qu’on ne souhaitait pas trop se casser le bicycle, nous avons plutôt opté pour des excursions organisées.

Palo Verde au fil de l’eau

Le Costa Rica compte 27 parcs nationaux et nous avons opté pour découvrir celui de Palo Verde puisqu’il était l’un des plus faciles d’accès au départ de notre hôtel. Ce parc est un endroit réputé pour l’observation de la faune, notamment pour les oiseaux puisqu’il s’agit d’une importante zone de migration. Durant la saison des pluies, c’est près de 250 000 oiseaux qui y résident. Et comme nous étions justement à la fin de cette saison, nous avions bon espoir d’être en mesure d’en observer quelques-uns!

Ce qui a également fait pencher la balance pour ce parc, c’est que la visite se faisait en bateau. À la chaleur qu’il faisait, c’était pour moi la meilleure (et la plus relaxe!) des façons de découvrir l’endroit. Vers 7h15 le matin, une petite navette climatisée est venue nous chercher à l’entrée de l’hôtel. Nous avons fait un arrêt à l’hôtel voisin pour récupérer d’autres participants, puis nous avons pris la route en direction de la Hacienda El Viejo, située à une cinquantaine de kilomètres de là.

CR7

En chemin, notre sympathique guide (désolée j’ai oublié son nom), nous a donné une foule d’informations à propos du pays et de son histoire. C’était super intéressant. J’ai entre autres appris qu’au Costa Rica l’école est gratuite et obligatoire jusqu’à la fin du secondaire. Que tout comme chez nous, le gouvernement retient à même le salaire un certain pourcentage pour couvrir les frais médicaux, mais aussi pour la retraite. Il nous a aussi beaucoup parlé de l’agriculture, notamment de la culture des cantaloups et de la canne à sucre, qui allait d’ailleurs bientôt être récoltée.   

CR2

C’est une bonne chose d’être tombés sur un guide aussi rigolo, car ça nous a permis de passer le temps… L’état des routes est en si mauvais au Costa Rica, qu’il nous a fallu presque deux heures pour parcourir les 50 km qui nous séparaient de notre première destination. On s’est tellement fait brasser… ça n’a pas de sens!

Lors de notre arrêt à la Hacendia El Viejo, une petite collation nous était gracieusement offerte. Composée de fruits frais, de thé et de café, c’était simple, mais délicieux. C’était aussi l’occasion d’admirer le paysage et de faire un dernier pipi avant le tour de bateau.

PALO11

PALO8

Quelques kilomètres plus loin, nous avons rejoint les berges de la rivière Tempisque. À peine arrivés, que déjà nous avions observé un joli coati, animal que je qualifierais à mi-chemin entre le raton laveur et le singe, c’était de bonne augure pour la suite de la journée. Désolée, je n’ai pas eu le temps de le photographier, il s’est sauvé avant que j’ai le temps de descendre de l’autobus.

Nous avons ensuite pris place à bord du bateau couvert (hourra!) toujours en compagnie de notre guide sympathique. Le running gag de la journée était que les nombreux crocodiles de ce parc adoraient le sang sucré à l’érable des voyageurs canadiens et que par conséquent, tous les autres passagers étaient en sécurité.

PALO32

PALO35

N’empêche qu’il avait raison sur un point, il y avait vraiment beaucoup de crocodiles. Ça ne faisait pas 10 minutes que nous étions sur l’eau et que déjà nous en avions observé trois!

PALO42

PALO31Il y avait aussi un bébé croco, mais pas que... regardez bien la photo, vous verrez un autre lézard!

Si vous envisagez un séjour au Costa Rica, je vous recommande sincèrement d’ajouter une paire de jumelles dans vos bagages; vous me remercierez plus tard. Plusieurs personnes sur le bateau semblaient vraiment jalouses qu’on ait pensé à apporter les nôtres. Je n’ai peut-être pas de super zoom pour mes photos, mais nous avons eu beaucoup de plaisir à observer de près la vingtaine d’espèces animales croisées durant l’heure et demie que nous avons passé sur la rivière.

PALO26

PALO39

Durant cette courte balade nous avons entre autres vu des crocos, des coatis, des singes, des iguanes et des lézards ainsi que de nombreux d’oiseaux aquatiques, notamment plusieurs espèces qui passent l’été chez nous au Québec telles que le héron, le balbuzard ou encore le martin pêcheur.  

Évidemment, il a fallu se taper à nouveau les deux heures de bumpyroad pour retourner à l’hôtel. Mais nous avons coupé la route en faisant un court arrêt pipi/shopping dans la ville de Filadelfia. Nous sommes finalement revenus à l’hôtel vers 14 heures. Heureusement que j’avais apporté quelques trucs à grignoter dans mon sac à dos, car notre déjeuner commençait à être très loin.

Nous avons bien aimé cette excursion, qui est, soit-dit en passant, parfaite pour les gens désirant observer la faune locale sans devoir marcher des heures pour le faire. Toutefois, nous avons trouvé la route vraiment longue pour la durée de l’activité. Tellement, qu’on a décidé de ne pas réserver la sortie pour la forêt nuageuse de Monteverde. Celle-ci se trouvant à plus de 150 km de l’hôtel, je n’ose pas imaginer le nombre d’heures que nous aurions passé dans un autobus à se faire déboîter les vertèbres! Remarquez, peut-être que les routes étaient dans cet état en raison de la fin de la saison des pluies…  c’est peut-être différent en saison sèche.

Playa del Coco en taxi-bateau

En remplacement de la forêt de nuages, nous avons plutôt opté pour aller faire un tour à Playa Del Coco, un village de pêcheurs très populaire situé à quelques kilomètres de notre hôtel. Il est possible de faire l’aller-retour en autobus grâce à un système de navette (15$US) ou encore en bateau-taxi (20$ US). Histoire de faire changement, mais surtout de découvrir le paysage côtier, nous avons évidemment choisi le bateau.

PLAYADELCOCO

Nous avons eu droit à un excellent service de la part de la compagnie ScubaCaribe dont le bureau est situé directement sur le site de l’hôtel, près de la plage. D’ailleurs, c’est aussi auprès de cette entreprise que nous avons loué le seadoo et encore là, tout était impeccable.

Pour rejoindre Playa Del Coco en bateau, il faut compter environ 25 minutes et il est important de mentionner qu’il n’y a pas de quai pour  monter, ni pour descendre du bateau… ce qui peut être un peu ardu pour certaines personnes. Mais je vous rassure, les guides étaient vraiment avenants avec nous et ils étaient tout autant sympathiques. C’est d’ailleurs l’une des choses que je retiens de ce pays, l’extrême gentillesse des gens. Tout le monde est souriant et personne ne semble se forcer pour vous jaser ou vous aider. C’est vraiment très agréable.

Nous avons grandement apprécié cette petite balade sur l’eau. Elle nous a permis d’observer la côte (dont certaines maisons franchement magnifiques!) ainsi que plusieurs petites îles volcaniques.

PLAYADELCOCO4

PLAYADELCOCO7

Playa Del Coco, ce n’est pas très gros, mais c’est un incontournable dans la région de Guanacaste. C’est de loin le meilleur endroit pour magasiner des souvenirs à bons prix, prendre un verre ou savourer un délicieux repas. On y retrouve aussi toutes les commodités : une pharmacie, un supermarché, une banque et même un Hard Rock Café!

PLAYADELCOCO18

PLAYADELCOCO11

Il parait que l’ambiance en soirée y est pas mal festive, mais de notre côté, en cette belle matinée, c’était plutôt tranquille. Après avoir fouiné un peu dans les boutiques et y avoir déniché un superbe hamac pour Poulette, nous sommes allés marcher sur la plage. Une belle promenade y est construite, c’était vraiment agréable. Aussi avant de repartir, Monsieur s’est offert une bière locale à un petit bar faisant face à la plage… C’était parfait.

PLAYADELCOCO14

PLAYADELCOCO21

S’émerveiller au Diamante Eco Adventure Park

N’ayant pas encore assouvi notre soif d’animaux, nous avons décidé d’aller passer quelques heures au Diamante Eco Adventure Park, voisin de notre hôtel. À cet endroit, vous retrouvez un parcours de tyroliennes, dont la plus longue tyrolienne double du pays, mais aussi un jardin botanique, une plage ainsi qu’un sanctuaire animal. On peut aussi y faire de l’équitation ou du quad. Les prix varient évidemment selon le forfait choisi.

De notre côté, nous n’avons pris que l’accès pour le sanctuaire animal. Monsieur aurait bien aimé faire les tyroliennes, mais comme il était hors de question que je m’y aventure (la plus haute et longue descente était franchement impressionnante à regarder!), il n’a pas voulu y aller seul.

Bref, nous avons réservé notre accès (42$ US) auprès de notre représentant et sommes montés à bord de la navette qui circule à l’hôtel à toutes les 30 minutes et ce, à tous les jours. Arrivés sur place, la première chose qui nous a frappés c’est la vue magnifique qu’il y a depuis le poste d’accueil. De là, nous avions une très belle vue d’ensemble sur les deux hôtels Riu et la baie dans laquelle ils sont construits.

RDIAMENTE

RDIAMENTE1Du poste d'accueil. on peut aussi observer l'un des départs du parcours de tyroliennes.

Le refuge animal se trouve à quelques minutes du poste d’accueil et il faut prendre une navette pour le rejoindre. D’ailleurs, peu importe l’activité choisi, vous devrez prendre une navette pour y accéder. Elles sont évidemment incluses dans le prix d’accès et circulent de façon continue. L’attente n’est vraiment pas très longue.

RDIAMENTE3

Le parc animalier n’est pas très grand, mais son aménagement est superbe. On y retrouve que des espèces animales vivant au Costa Rica, notamment des grenouilles (certaines venimeuses!), des reptiles, des singes et même des jaguars. Il y a aussi une volière à papillons où l’on peut observer des dizaines de morphos bleus ou encore se rafraichir quelques instants dans la section climatisée adjacente, où sont présentés une grande variété d’insectes.

RDIAMENTE4

RDIAMENTE19

RDIAMENTE24Si vous optez pour le parcours de tyroliennes, vous marcherez aussi au-dessus des crocodiles!

Tous les animaux que l’on retrouve dans ce refuge sont des animaux qui ne pourraient retourner à la vie sauvage. Ils proviennent de d’autres organismes visant la protection de la faune ou encore ils ont été sauvés directement en nature. Plusieurs biologistes sont présents pour répondre à nos questions et ils sont vraiment gentils et passionnés. Visiblement, ils aiment leur travail.

RDIAMENTE10

RDIAMENTE46

RDIAMENTE43

La vedette de l’endroit est Lucy, le paresseux! Nous avons été chanceux, car sans le savoir nous sommes arrivés juste à temps pour assister à son repas… soit le seul moment dans la journée où les paresseux bougent! C’était mignon comme tout. 

RDIAMENTE16

Mais pour moi, le moment phare de ma visite a été mon passage dans la voilière des toucans. Wow! C’était fantastique! Moi qui d’habitude ne raffole pas des oiseaux, je suis complètement tombée sous leurs charmes tant ils étaient beaux.

RDIAMENTE34

RDIAMENTE35

Je sais, c’est fou, mais je croyais que des oiseaux aussi colorés n’existaient que sur les boîtes de FrootLoops! Mais non, ils étaient là, bien réels, à voler à quelques centimètres de nos têtes. C’est une expérience que je n’oublierai jamais… j’aurais pu rester dans cette volière pendant des heures tellement j’ai trippé.

Bref, malgré les tarifs assez élevés, nous avons passé un très bon moment au Diamante Eco Adventure Park. Prévoyez au minimum quelques heures si vous comptez visiter le refuge animal, encore plus si vous tentez le parcours de tyroliennes. Sur place, il y a un restaurant (le lunch est d’ailleurs inclus si vous prenez le forfait complet) ainsi qu’une boutique où l’on retrouve de beaux, mais chers, souvenirs.

***

Comme vous le constatez, nous n’avons exploré qu’une infime partie du pays. Pourtant, ce fût suffisant pour avoir un réel coup de cœur pour le Costa Rica. Je n’hésiterais pas à y retourner et j’espère vraiment avoir la chance de le faire un jour. Le Costa Rica est reconnu pour être une destination « nature » et l’on comprend rapidement pourquoi lorsque l’on y séjourne. Les habitants de ce pays ont à cœur la protection de leur environnement et ça parait. Les possibilités de découvertes en lien avec la faune et la flore sont très nombreuses, sans compter les volcans, les sources thermales et les microclimats diversifiés que l’on retrouve à la grandeur du pays.

RDIAMENTE21

En terminant, je dois dire que j’ai beaucoup apprécié la période à laquelle nous y sommes allés. Ne vous laissez pas arrêter par la saison des pluies… surtout à la fin novembre; nous n’avons reçu qu’une averse de 15 minutes durant tout notre séjour!  C’était parfois nuageux en après-midi, mais la chaleur était au rendez-vous. Le mercure a dépassé la barre des 30 degrés tous les jours et il ne baissait jamais en bas de 28 en soirée. C’était parfait.

On jase-là, qu’aimeriez-vous découvrir au Costa Rica?

Pour en savoir plus sur notre hôtel, cliquez ici.