Oia_etsionjasait

Être en vacances, c’est aussi laisser place à l’envie du moment. Conjuguer les verbes au présent et savoir apprécier chaque seconde qui passe... Et c’est exactement ce que nous avons fait lors de notre deuxième journée à Santorini.

***

Je profite de m’être réveillée très tôt pour assister au lever du jour depuis notre balcon. Le matin est doux et annonciateur d’une autre merveilleuse journée à venir. Le plan de match aujourd’hui est de parcourir à pied le sentier qui relie les villes de Fira et d’Oia. Nous prévoyons revenir en bus et possiblement faire la location d’une voiture en fin de journée en prévision du lendemain. Ah! Et mon amie veut aussi voir les ânes…

De bon matin, nous mettons donc le cap vers le centre de Fira pour finir d’arpenter les petites rues que nous n’avions pas vues la veille. De jour comme de soir, le secteur touristique de cette ville est super agréable. De ce que j’ai lu, le sentier débute à gauche à la sortie du téléphérique. C’est donc tranquillement dans cette direction que nous nous dirigeons, jusqu’à ce que l’on atteigne les fameux escaliers de Fira.

balade à Fira_etsionjasait

En tout, il y a 589 marches pour rejoindre le vieux-port situé en bas de la falaise. Puisque c’est aussi à cet endroit qu’il est possible de faire une balade à dos d’âne, nous décidons de descendre un peu pour aller les voir.

588, 587, 586, 585… On prend notre temps, le paysage est magnifique et les petites boutiques sont très invitantes.

vue Fira_etsionjasait

escaliers Fira_etsionjasait

550, 549, 548, 547… On s’arrête le temps d’un selfie et l’on marchande l’achat de deux beaux foulards de soie. Le paysage est toujours aussi spectaculaire…  je ne sais plus combien de fois nous nous exclamons : « Ah! Que c’est beau! »

escaliers Fira_etsionjasait

426, 425, 424, 423… On croise nos premiers ânes! Mon amie est en amour, mais moi un peu moins. C’est que les ânes connaissent tellement leur chemin, qu’ils semblent se foutre éperdument qu’il y ait ou non quelqu’un sur leur passage. Parait-il qu’ils ne sont pas dangereux, mais il reste que je ne suis pas tellement fan.

ane Santorini_etsionjasait

322, 321, 320, 319… Le problème majeur de ces escaliers ce sont les ânes. Puisque personne ne ramasse leurs besoins quotidiens, il y en a beaucoup et partout sur les marches. On s’habitue à l’odeur, mais il faut toujours regarder où l’on pose les pieds. Aussi, c’est assez glissant par endroit et je suis vraiment heureuse d’avoir chaussé mes espadrilles aujourd’hui. D’ailleurs, nous croisons plusieurs femmes en robe longue et en talons hauts… d’accord, ça doit faire de belles photos, mais honnêtement, je ne sais pas comment elles font!

escaliers et anes Fira_etsionjasait

248, 247, 246, 245… Rendues là, on décide d’aller jusqu’au bout et de remonter avec le téléphérique. Mon genou gauche me fait mourir, mais l’architecture est si belle que je poursuis avec émerveillement.   

111, 110, 109, 108… J’observe la bête (le téléphérique) et je commence à douter. C’est qu’il est très haut et qu’il va très vite. Évidemment, entre deux maux il faut choisir le moindre et lorsque je considère tout ce que je devrais remonter à pied, le choix est un peu moins difficile à faire!

4, 3, 2, 1… Nous y voilà enfin! Difficile de dire combien de temps nous avons mis pour descendre jusqu’au vieux-port, car nous n’avions pas regardé l’heure au départ. On sait déjà que nous serons raquées demain… je n’ose même pas imaginer l’avoir fait en sens inverse! Mais ça valait la peine, c’est si beau!

vieux-port Fora_etsionjasait

Le vieux-port n’est pas très grand, mais c’est très joli comme secteur. On y retrouve quelques boutiques et restaurants. Ça tombe bien, car après tant d’efforts, notre déjeuner commence à être rendu loin. Nous nous accordons une petite pause dans un resto tranquille. Ça fait du bien et le paysage est comme toujours super agréable. On ne s’attarde pas trop, car l’heure avance et nous n’avons toujours pas posé les pieds sur le fameux sentier.

vieux-port Fira_etsionjasait

Le tarif pour prendre le téléphérique est de 6€ par personne pour un aller simple. Personnellement, et malgré que je n’ai pas trippé du tout durant la remontée, je trouve que ce sont les 6€ les mieux investis de mon voyage… Avoir dû remonter à pieds, je crois que je serais encore là au moment d'écrire ces lignes!

téléphérique Fira_etsionjasaitMoi et ma face de "j'essaie de rire, mais je trouve pas ça drôle!"

À l’heure avancée qu’il est, nous abandonnons l’idée de marcher jusqu’à Oia, mais on décide de tenter le coup pour rejoindre le petit village d’Imerovigli. Le sentier n’est pas un sentier tels que ceux que l’on connait au Québec. Il s’agit plutôt d’une promenade de pierres (et d’escaliers!) qui longe la Caldera… Ça monte, ça monte et ça monte encore… Du moins pour le peu qu’on en a vu.

eglise Fira_etsionjasait

Fira_etsionjasait

vue Fira_etsionjasait

La vue est certes incroyable, mais la chaleur et la fatigue se font sentir en cet après-midi ensoleillé. Nous avançons un bon moment, puis nous décidons finalement de rebrousser chemin. Pour réussir à tout parcourir, je crois qu’il n’aurait pas fallu descendre jusqu’au vieux-port le matin… tant pis, il faudra revenir!

eglise Fira_etsionjasait

vue sur Fira_etsionjasait

De retour à l’hôtel, nous faisons une petite saucette dans la piscine, puis nous allons à la réception pour louer une voiture. Le tarif est 50€ pour 24 heures et nous n’avons même pas besoin de nous déplacer. La compagnie de location vient nous porter la voiture directement à la porte de l’hôtel, c’est super! Et c’est encore plus super d’apprendre que nous aurons une petite Smart!!!

Mel et la Smart_etsionjasait

Le timing est parfait pour se diriger vers Oia en empruntant la côte est de l’île. Ça ne devrait prendre qu’une trentaine de minutes, ce qui nous laissera le temps de nous balader un peu avant d’assister au très célèbre coucher de soleil de ce village.

À peine quelques minutes après notre départ de l’hôtel, nous arrivons face à un avertissement de travaux routiers… écrit en grec! Impossible de savoir si la route est barrée ou si nous devons suivre un détour. On a beau regarder au loin, on ne voit pourtant aucun cône orange. Une voiture arrive derrière nous. Nous décidons de la laisser passer et de la suivre… avec un peu de chance le conducteur sera grec et il saura où passer!

Nous poursuivons notre route admirant au passage plusieurs églises surmontées d’un dôme bleu. Voilà des jours que nous les espérons et c’est ici, enfin, que nous les découvrons. Mon amie s’aventure sur une petit route afin d’aller en photographier une de plus près… Même avec notre Smart le passage est très étroit, ça vous donne une idée! Nous changeons d’avis, car la co-pilote stressée que je suis n’apprécie guère ces routes de campagne exigües.

en voiture Santorini_etsionjasait

Arrivées à Oia, nous nous garons sans difficulté au Central Parking. Le tarif est 3€ pour 5 heures. Il existe aussi des stationnements publics gratuits, mais sachant qu’ils sont souvent complets, à ce prix-là nous ne prenons même pas la peine d’aller vérifier.

Comme ça été le cas à quelques reprises depuis notre arrivée en Grèce, à la sortie du stationnement on se dit qu’une affiche indiquant la direction à suivre serait la bienvenue. On vire en rond un peu avant de trouver la direction à prendre, mais on ne s’en plaint pas, la beauté d’Oia est tout simplement incroyable…

Oia_etsionjasait

amoureux grecs_etsionjasaitAvouez que c'est beau l'amour grec...

Oia c’est un village très luxueux. Autant de par ses hôtels, ses boutiques que ses restaurants. Tout est blanc, propre et épuré. Même le sol de l’artère piétonnière principale est fait de marbre, c’est vraiment impressionnant.

Oia_etsionjasait

vue Oia_etsionjasait

portes Oia_etsionjasaitDes portes, toujours des portes...

Oia c’est aussi LE village que l’on voit partout sur les cartes postales, les aimants et les t-shirts.  Ce sont les célèbres coupoles bleues et l’endroit tout indiqué pour les photographes en quête de la photo parfaite.

Dome bleu Oia_etsionjasait

eglise Oia_etsionjasait

Mel Oia_etsionjasait

Si vous visitez Santorini, Oia est un passage obligé, car s’y balader, c’est plonger dans un rêve éveillé…

Oia_etsionjasait

vue Oia_etsionjasait

Do Oia_etsionjasait

Le jour descend doucement sur Santorini et nous assistons à un phénomène vraiment particulier : la procession vers le soleil! Des centaines de touristes marchent en direction de la pointe d’Oia afin d’aller y observer son célèbre coucher de soleil. Emportées par la foule, nous suivons tel un troupeau de moutons en route pour l’abattoir le paradis. À voir la quantité de personnes présentes, nous savons déjà que le spectacle sera magnifique.

couacher de soleil Oia_etsionjasait

En chemin, un passage entre deux bâtisses attire notre regard. La vue a l’air splendide, on prend donc quelques minutes pour s’y arrêter.  Nous descendons quelques marches, et là devant nous… apparait un véritable paysage de carte postale!

couacher de soleil Oia_etsionjasait

Nous restons là un moment, incrédules devant une telle beauté. Puis, nous réalisons qu’un sympathique petit resto se trouve devant nous et qu’il y a justement une table libre faisant face à la mer. Même pas besoin de se parler, nous y prenons place encore subjuguées par le paysage.

Vin Oia_etsionjasait

 Et vous l’aurez deviné, un verre de vin s’impose à ce moment précis…

Confortablement installées à notre table avec vue, nous observons au loin la foule qui s’est rassemblée sur le rocher pour assister au coucher du soleil. Ils sont des centaines à attendre que les derniers rayons du jour disparaissent. J’imagine que le spectacle doit être fabuleux à cet endroit, mais personnellement je préfère (et de loin!) la tranquillité de notre petit resto.

Alors que je sirote une deuxième coupe de vin, ma meilleure amie décide d’aller faire quelques clichés dans les alentours. Elle revient satisfaite et me raconte qu’elle a croisé des dizaines de photographes stressés. Vous savez ces photographes qui recherchent à tout prix le meilleur spot et qui ne prennent même pas le temps de l’apprécier lorsqu’ils l’ont enfin trouvé?  Nos photos ne seront peut-être pas aussi réussies, mais le souvenir de ce moment plus-que-parfait sera gravé à jamais dans ma mémoire et pour moi, c’est tout ce qui compte !

coucher de soleil Oia_etsionjasait

Le soleil maintenant bien disparu, nous allons nous balader dans la ville. Le ciel est encore bleu, pas tout à fait encore noir… à cet instant précis, avec l’éclairage des boutiques, j’ai réellement l’impression d’être à Las Vegas. Je me sens exactement comme lorsque j’ai découvert The Venitien la première fois. Si vous me suivez depuis un moment, vous savez à quel point j’adore Vegas, ce n’est donc absolument pas négatif comme sensation, loin de là!

Oia_etsionjasait

La foule qui était présente pour assister au coucher du soleil est maintenant bien dispersée. Oia est beaucoup plus calme et ça nous donne la chance de l’apprécier à sa juste valeur. Nous ne sommes pas ferventes des boutiques de luxe, mais le paysage, lui, nous enchante. La nuit est tombée, ce qui confère à la ville une tout autre atmosphère. Tel un joyau dans la profondeur de la nuit, Oia brille de mille feux!

nuit Oia_etsionjasait

nuit Oia_etsionjasait

La journée a été magnifique, mais épuisante. Je suis brûlée. On termine avec un repas dans l’un des restos de Oia. Petite bouffe sympathique dans un endroit qui l’est tout autant, mais dont j’ai oublié le nom.

Mon amie reprend le volant de notre Smart. On revient vers l’hôtel par la route qui longe la côte ouest de Santorini. Ce secteur de l’île est très escarpé et la route pour revenir vers Fira nous fait penser à la route que nous avons pris en autobus à notre arrivée. En plus il fait noir comme chez le loup… je suis soulagée de ne pas conduire et félicite sans arrêt ma super pilote.

Encore ce soir, c’est le cœur rempli de souvenirs merveilleux que nous rejoignons nos lits douillets. Demain sera notre dernière journée et nous avons bien l’intention d’en profiter au maximum.

selfie Fira_etsionjasait

Pour lire la suite de nos aventures à Santorini, cliquez ici.

Notes : Comme toujours, les photos sont un joyeux mélange des miennes et de celles de mon amie.