Athenes_etsionjasait

 

Athènes occupera dorénavant une place bien spéciale dans mon cœur. Elle sera à jamais la première ville d’Europe dans laquelle j’aurai posé les pieds. Bien que je n’ai eu que quelques heures pour la découvrir, ses graffitis, ses odeurs et le bruit de ses motos rugissantes resteront à toujours gravés dans ma mémoire.

 

***

 

Arrivées tôt à l’aéroport, nous profitons de ce moment pour bien commencer les vacances. Shopping, fous rires et bière sont au menu de cette inévitable attente. Et alors que tous les passagers s’entassent près de la porte d’embarquement, j’ose faire remarquer à mon amie que la moyenne d’âge est assez élevée pour cette destination, ce qui est plutôt bien, car j’ai encore en tête mon vol de janvier dernier où un bébé avait pleuré de Québec à Varadero... Eh misère! J’aurais dont dû me taire.

Oui j’aurais dû me taire, car nous nous retrouvons assises juste derrière deux jeunes enfants. Deux jeunes enfants, dont un petit monstre qui s’amuse à nous semi-cracher dessus avant même que l’appareil ne se mette en mouvement. Et lorsque sa mère se décide enfin à l’attacher pour le décollage, il se met à hurler pour ne s’arrêter qu’une fois rendu à Athènes! Non, je n’exagère pas… Moi qui croyais pouvoir dormir, j’ai plutôt dû me clancher 3 films plein volume pour essayer de camoufler ses cris. Je vous le dit, ce fût un vol interminable.  Mais si c’était le prix à payer pour avoir des vacances de rêve, alors il n’y a pas de doute, la semaine allait être mémorable!

Consigne avion_etsionjasait

Premier contact avec l'alphabet grec... De késsé???

 

en vol_etsionjasait

C’est un peu avant 11h, heure locale, que nous atterrissons à Athènes. Le passage à l’immigration se fait rapidement, mais je suis un peu déçue de réaliser que le douanier ne s’appelle pas Costas… Oui, je sais c’est terriblement cliché, mais dans ma tête, tous les hommes grecs s’appellent Costas!

Bref, après avoir récupéré les bagages, nous retrouvons la représentante qui nous remet une enveloppe contenant tous les documents nécessaires à notre séjour. Nous patientions un moment, le temps que tous les clients Transat nous rejoignent et nous nous dirigeons vers l’autobus qui nous mènera à l’hôtel.

L’autobus est plein, mais nous sommes les seules à débarquer au Polis Grand Hôtel. C’est super, le check-in se fait donc très rapidement. Notre chambre ne sera pas prête avant 14h, nous laissons donc nos bagages à la réception et partons à la recherche d’un petit resto, car nous avons l’estomac dans les talons.

À deux coins de rue de l’hôtel, nous découvrons une jolie rue piétonne où un large couvert de végétation créé une enclave paisible au cœur de la ville. Inutile de chercher plus loin, nous prenons place à une terrasse ombragée où le sympathique serveur nous accueille à bras ouverts. Un verre de vin rosé s’impose alors pour souligner notre arrivée et nous optons évidemment pour une salade grecque. La première d’une longue série…

Athènes10_etsionjasait

premier repas grec_etsionjasait

 

Tout est absolument délicieux et bien que la fatigue se fasse sentir, notre envie de profiter au maximum du peu de temps dont nous disposons pour visiter la ville est plus fort que tout le reste. Nous retournons donc à l’hôtel prendre possession de notre chambre et nous changer, avant d’entreprendre une grande promenade historique! Le Polis Grand Hôtel est situé à une vingtaine de minutes de marche du secteur touristique d’Athènes. Après de longues heures de vol, ça nous fait un bien fou de se dégourdir un peu les jambes.

Athènes1_etsionjasait

Athènes8_etsionjasait

Athènes11_etsionjasait

Une chose nous frappe dès les premiers mètres franchis, il y a des graffitis partout! Bien que ça soit choquant au départ, ils se fondent rapidement au décor et après coup, on se dit qu’Athènes ne serait pas Athènes s’il n’y en avait pas autant. C’est un peu la signature de la ville.

Athènes4_etsionjasait

Athènes5_etsionjasait

Une autre chose nous frappe rapidement c’est qu’Athènes est un site historique à ciel ouvert. À tout moment on se retrouve à côtoyer des ruines vieilles d’avant Jésus-Christ. Étonnamment, ces ruines sont très accessibles (une simple clôture délimite l'accès aux sites), mais elles sont très bien préservées et elles ont été épargnées des graffitis. Dieu merci!

Athènes12_etsionjasait

Athènes2_etsionjasait

Athènes7_etsionjasait

Je dois vous faire une confession. Mon amie et moi ne sommes pas de grandes passionnées d’histoire. Bien que ce soit impressionnant de voir toutes ces ruines, nous n’avions pas pour autant l’envie de payer pour les voir de plus près. Même si pour la majorité d’entre vous, être à Athènes sans monter l’Acropole est un véritable sacrilège, pour nous, l’observer de loin nous suffisait.

Acropole Athènes_etsionjasait

Avoir eu plus de temps pour visiter la ville, je crois que j’aurais bien aimé m’offrir un tour guidé afin d’en apprendre davantage sur l'histoire de ces ruines, mais puisque nous ne disposions que de quelques heures, nous avons préféré arpenter les rues et découvrir les divers quartiers de façon plus générale.

Athènes3_etsionjasait

Athènes15_etsionjasait

Athènes16_etsionjasait

Ce que j’aime particulièrement lorsque je visite une ville à pied, c’est de me perdre dans les petites rues. C’est souvent de cette façon que l’on découvre de jolis petits trésors et que l’on arrive à saisir le pouls de la ville et de ses divers quartiers. C’est donc comme ça, au fil de nos pas, que nous débouchons par hasard dans le quartier Plaka, célèbre pour ses nombreuses terrasses. C’est aussi de cette façon que nous croisons nos premiers chats grecs…

Athènes6_etsionjasait

chat grec_etsionjasait

La fatigue se fait maintenant bien sentir et nous décidons qu’il est temps de revenir vers l’hôtel. Nous étudions un moment le plan de la ville afin d’en voir le maximum sur le chemin du retour. Nous rentrons donc en passant, entre autres, devant l’Académie, l’Université et la Bibliothèque, de superbes édifices tout en marbre et en dorures.

Arhènes17_etsionjasait

Athènes9_etsionjasait

Quelques jours avant notre départ, j’avais vu sur le site Internet de l’hôtel qu’il y avait un resto-bar sur le toit offrant une vue sur l’Acropole. Nous avions alors convenu que c’est à cet endroit que nous prendrions notre premier souper en Grèce. C’est donc avec un magnifique coucher de soleil en arrière-plan que nous nous sommes installées pour un repas savoureux.

Polis Grand Hotel_etsionjasait

Une fois le soleil disparu, l’Acropole s’est lentement illuminée… Et c’est à cet instant précis que j’ai eu mon premier et plus gros « petit moment » du voyage. Les larmes se sont mises à ruisseler sur mes joues, puis les sanglots m’ont monté à la gorge. Je pleurais littéralement de bonheur! Je ne sais pas si c’est la quarantaine ou la fatigue qui est le plus grand responsable de cet état, mais une chose est certaine je prenais alors conscience de la chance que j’avais d’être là et je ne pouvais contenir ma joie.

Acropole de nuit_etsionjasait

Je crois bien m’être endormie avant même d’avoir posé la tête sur l’oreiller ce soir-là. Ce qui est une bonne chose, car l’autobus venait nous chercher à 5h du matin le lendemain pour nous amener au port afin de monter à bord du traversier qui allait nous transporter jusqu'à Mykonos.

Pour la suite de nos aventures, cliquez ici!

Note : Les photos sont de moi et de ma meilleure amie. On les a toutes mis en commun, ce qui est à moi est aussi à elle!