feuille morte en hiver_etsionjasait

Pour être franche avec vous, j’ai longtemps hésité à rédiger ce billet, car il est très différent de ce que j’écris normalement. Puis, je me suis dit que vieillir faisait partie de la vie et que tôt ou tard, nous serons tous confrontés au départ de nos êtres chers…

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez que mon beau-père est aux soins palliatifs depuis près d’un mois. Les premiers jours ont été difficiles émotionnellement. Le voir ainsi affaibli et ne pouvoir faire rien d’autre que d’être présents à ses côtés n’était pas facile à gérer. Nous avions tous ni plus ni moins, l’impression d’attendre la mort.

Un soir, environ une semaine après son hospitalisation, Monsieur et moi étions à son chevet. C’était triste de le voir ainsi, frêle et agonisant dans son lit. Lorsqu’on lui parlait, il n’avait pour seule réponse que quelques battements de cils devant des yeux vitreux et un regard vide. Ce soir-là, j’ai quitté la chambre en étant certaine que c’était la dernière fois que je le voyais vivant. J’ai très mal dormi, redoutant à tout instant l’appel de l’hôpital…

Au petit matin, le téléphone n’avait toujours pas sonné. Je suis allée travailler (parce que les comptes continuent de rentrer!) et sur l’heure du dîner j’ai rejoint mon chéri pour retourner à l’hôpital. En arrivant à la chambre, le choc! Non seulement mon beau-père avait passé la nuit, mais il était assis dans son lit, regardait la télé et mangeait des peannuts! Il nous parlait comme si les 4 derniers jours n’avaient pas existés. Monsieur et moi étions complètement abasourdis.

Puis, le personnel infirmier nous a expliqué qu’il arrivait souvent de voir un gros regain chez les patients en fin de vie. Une remontée spectaculaire et inexplicable, avant la descente finale… J’avais déjà entendu de telles histoires, mais le voir en vrai, c’est autre chose. C’est une montagne russe d’émotions. Autant tu es heureux de voir ton être cher réagir de la sorte, autant tu appréhendes la vitesse de la descente à venir. L’espoir renait inévitablement, mais le côté rationnel te pousse aussi à garder les pieds sur terre.  Après tout, le nombre de personnes décédées suite à un regain de vie est pas mal plus grand que le nombre de patients sortis vivants de l’unité des soins palliatifs. 

zoothérapie_etsionjasait

La zoothérapie, une nouvelle carrière pour Jackson?

Ce regain de vie, c’était il y a presque trois semaines.

Pour tout vous dire, la fille organisée et planifiée que je suis, a l’impression que notre vie est sur pause depuis la fin du mois de janvier. Impossible pour nous de prévoir à l’avance un souper entre amis ou une activité avec Poulette. Chacune de nos journées est rythmée par les visites à l’hôpital et les rencontres avec les divers intervenants. Jamais je n’ai autant conjugué les verbes au présent que depuis les dernières semaines!

La vie s’accroche, mais elle ne sera plus jamais la même…

Contre toute attente, nous avons appris la semaine dernière que mon beau-père sera relocalisé. Monsieur et son frère ont donc entrepris les démarches pour lui trouver un nouveau milieu de vie adapté à sa condition encore très fragile. C’est un fait, jamais plus mon beau-père ne remettra les pieds chez lui. C’est maintenant de nombreux deuils du quotidien qu’il doit affronter et ce n’est pas toujours facile pour lui de les accepter.

Résigné au nouveau statut « non-autonome » de son père, Monsieur a aussi commencé à vider la maison paternelle. Il dépoussière les objets, remue les souvenirs. Autant il est heureux que son père ait déjoué les pronostics,  autant il réalise que les prochaines semaines ne seront pas roses et qu’il devra redoubler d’ardeur pour appuyer son père dans cette nouvelle vie.

Car oui la vie s’accroche, mais elle ne sera bien différente.

Mise à jour du lundi 10 avril 2017 : Mon beau-père nous a quitté ce matin. Il n'aura finalement pas eu le temps d'être relocalisé, les lymphomes ayant été découverts sur ses frêles poumons ont eu raison de son état fragile. Malgré la tristesse de son départ, nous savons qu'il est maintenant heureux et qu'il ne souffre plus. 

Je profite de l’occasion pour remercier tout le personnel médical de l’unité des soins palliatifs de l’hôpital Saint-François-d’Assise, ils ont été merveilleux!