IMG_0579

Voilà déjà une heure que j’écris, efface, recommence, efface encore et écris à nouveau. Je ne sais pas pourquoi, mais ce matin, ça ne vient pas. Les idées se bousculent dans ma tête, mais je n’arrive pas à coucher les mots correctement sur papier. Je ne parviens pas à trouver une façon originale de vous souhaiter Joyeux Noël.

J’ai d’abord voulu vous raconter mes Noëls d’enfant. Celui où j’avais reçu un bas de Noël tellement gros, que je devais entrer complètement à l’intérieur pour aller récupérer les cadeaux cachés au fond de la chaussette. Ou encore celui où mon oncle m’avait fabriqué une cuisinière dont les ronds de poêle devenaient rouges lorsque je tournais les boutons. J’avais aussi pensé vous raconter l’année où l’on avait passé la soirée du réveillon à jouer à des jeux dignes d’un quizz télévisé. Ou encore tous ces soupers de Noël assis à la table des enfants où nous avions un plaisir fou mon cousin, mes cousines, mon frère et moi.

Puis, j’ai changé d’idée et j’ai tenté de vous expliquer comment la naissance de ma fille avait redonné de la magie à la fête de Noël. Comment je prenais plaisir à lui faire croire au Père Noël, notamment en prenant soin d’emballer « LE » cadeau dans un papier différent de tous les autres, en n’oubliant pas de laisser quelques miettes de biscuit près du verre de lait vide et surtout, en demandant à Monsieur d’aller faire des traces dans la neige et de faire semblant que les rennes avaient mangé les carottes! 

Ensuite, j’ai pensé vous parler des images et des souvenirs qui me viennent en tête lorsque je pense à Noël… Les petites sandwichs pas de croûtes et les aspics vert fluo. Les bottes dans le bain et la montagne de manteaux de fourrure sur le lit. Les matantes beaucoup trop parfumées et celles qui se mettaient trop de bleu sur les yeux. La vraie poupée « Bout-de-chou » que je n’ai jamais reçue, les souliers en cuir vernis et les parties de cartes qui ne finissaient jamais. Le punch de mon grand-père, tellement alcoolisé qu’on ne tenait plus sur nos jambes après deux verres, ainsi que les petites saucisses enroulées dans le bacon qu’il faut se dépêcher à mettre dans son assiette pour être certain de pouvoir en manger. Les montagnes de papier déchiré et les cartes-cadeaux qui s'y perdent… les échanges de cadeaux, les becs à pincette, les mausus de bas de nylon et les bonbons aux patates!

Finalement, j’ai décidé de faire dans la simplicité. Joyeux Noël à vous tous. Profitez de cette période festive pour vous amuser et passer de bons moments avec les gens que vous aimez. Merci de suivre mes aventures et de faire de ce blogue un espace aussi dynamique. 

Mel