SAM_17661

Monsieur, Poulette et moi avons établi une certaine routine touristique ces dernières années. L’hiver, c’est le tout-inclus au soleil et l’été un roadtrip au pays de l’Oncle Sam. La destination de nos vacances estivales n’est jamais beaucoup réfléchie d’avance et elle varie selon le temps et les finances disponibles au moment du départ. Il nous est même arrivé une année de partir sans même savoir à quel poste frontalier nous allions décider de traverser. Je vous le dis, de vrais aventuriers!

N’empêche que cette année, j’avais une idée bien précise en tête et je me devais de la faire approuver par Monsieur avant de la soumettre à Poulette. Car n’ayant pu assouvir sa soif de plage et de batifolage dans les vagues l’hiver dernier, Monsieur souhaitait pour l’été 2013 retourner en Floride. J’aime bien la Floride, mais le monde est vaste et comme nous y sommes déjà allés deux fois, mes plans n’étaient pas du tout les mêmes. Ce que j’avais en tête, ce n’était rien de moins que la Californie! Pour faire passer mon plan au conseil familial, je me devais d’avoir des arguments de béton.  J’ai donc préparé un itinéraire sur mesure en incluant Death Valley  et Yosemite pour séduire mon chéri, un parc d’attraction, Hollywood et le zoo de San Diego pour ma pré-ado de fille et je me suis récompensée avec quelques jours à San Francisco.

Évidemment, on ne parle plus du tout du budget habituel que nous investissons pour nos vacances d’été. Mais comme nous n’avons pas été dans le Sud en février, les sous amassés serviront à couvrir les dépenses supplémentaires, soit le prix des billets d’avion et la location d’une voiture. Étant donné que les billets pour Las Vegas sont vraiment moins chers que pour partout ailleurs sur notre programme, nous commencerons notre périple dans cette ville incroyable. C’est donc tôt le 17 juillet dernier que nous avons quittés Québec pour deux semaines de découvertes et de plaisir en famille.   

Puisqu’il n'y a aucun vol direct YQB – LAS, nous devions tout d’abord prendre un petit coucou de Québec jusqu’à Montréal. La disposition de cet appareil était : deux sièges, l’allée centrale, deux sièges. En bonne maman qui se respecte, je me sacrifie pour être séparée des miens et je souhaite secrètement que le vol ne soit pas plein et que je puisse profiter d’un petit moment de solitude plutôt que de me retrouver avec je ne sais qui comme voisin. Je m’avance dans l’allée, repère les sièges de Monsieur et de Poulette, je me bats pour faire entrer la valise de Poulette dans le porte-bagage et réussi à trouver un petit trou pour ma propre valise, le tout sous l’oeil amusé de l’homme qui deviendra dans quelques minutes mon voisin. Durant toutes ces manœuvres, je sens qu’il me regarde pas mal et je me dis qu’il doit avoir deviné que je vais m’échouer sous peu à ses côtés. Probablement espérait-il lui aussi un peu de solitude… je fini donc par m’asseoir, récupère les passeports de tout le monde et me retourne poliment vers mon voisin pour le saluer. À ma grande surprise, celui que je prenais pour un pur étranger me sourit à pleines dents et je réalise qu’il s’agit de mon petit-cousin que je n’ai pas vu depuis plusieurs années! Quel beau hasard… le voyage commence drôlement bien.

SAM_0358

Le transfert se fait sans problème et rapidement à Dorval, et nous atterrissons quelques heures plus tard sous le chaud soleil de Las Vegas. La navette nous amène vite au centre de location de voiture. C’est la première fois que nous devons louer un véhicule et Monsieur espère depuis des jours qu’il n’y aura plus de véhicules de catégorie intermédiaire disponibles et qu’ils nous surclasseront au volant d’une Mustang décapotable… c’est beau de rêver! C’est donc au volant d’une rutilante Chevrolet Cruze (!) bleue que nous nous dirigeons vers notre hôtel, le Planet Hollywood.

SAM_0837

Le thermomètre de la voiture indique 109 degrés fahrenheit alors que nous circulons sur la Strip. Étant déjà allée à Las Vegas, le problème n’est pas de trouver le stationnement de l’hôtel, mais plutôt de réussir à rejoindre le lobby une fois la voiture garée. Nous aboutissons finalement avec nos valises dans la galerie marchande Miracle Mile Shops qui fait aussi partie du complexe hôtelier Planet Hollywood. Monsieur et Poulette sont époustouflés par toute cette démesure. Je retrouve rapidement mes repères et c’est en quelques minutes que nous pouvons enfin nous enregistrer au comptoir de la réception. Notre chambre est belle et spacieuse, probablement la plus belle que nous aurons durant tout le séjour.

Il est près de 13h (heure locale) et la famine commence à se faire sentir au sein dans la troupe. Je me souviens alors avoir mangé un succulent repas mexicain dans un restaurant de Miracle Mile Shops l’an dernier. Inutile de chercher plus loin, notre premier repas en sol américain sera épicé! Une fois le repas terminé, nous allons faire nos premiers pas sur la Strip. Je suis toujours aussi enchantée par ce que Vegas a à m’offrir et c’est avec grand plaisir que je regarde le reste de la troupe s’émerveiller devant les splendeurs de la ville.

SAM_0881
SAM_0482

Poulette repère rapidement l’hôtel New York, New York et c’est par là qu’elle veut débuter. Il faut dire que ma fille est une inconditionnelle de la Grosse Pomme. Elle est renversée de voir les répliques des divers quartiers de New York, le tout à l’intérieur d’un hôtel. Évidemment, j’ai tout de suite droit à un « Maman, tu aurais dû réserver une chambre ici à la place de l’autre hôtel poche » bien senti. Mais le summum de l’excitation sera lorsque je lui propose d’aller faire un tour de montagne russe. Père et fille ont beaucoup de plaisir à faire ce manège pendant que je me régale dans une petite boutique non loin de là.  

SAM_0878

Le soleil d’après-midi tape fort et le décalage horaire n’aide en rien, nous sommes épuisés. Monsieur aurait bien aimé aller jouer quelques billets au casino, alors que j’opte plus pour une petite sieste bien méritée… mais c’est finalement la piscine de notre hôtel qui sera la grande gagnante en cette fin de journée. Peu importe, je peux très bien dormir quelques instants sur ma chaise longue pendant que mes deux moineaux se rafraichissent et s’amusent dans la piscine familiale. Et oui, car à peine avons-nous franchi les portes menant à la piscine qu’un gardien nous avise que celle de gauche est réservée aux 21 ans et plus et que nous devons par conséquent nous diriger vers celle de droite. Monsieur ira jeter un coup d’œil à l’autre piscine le lendemain et en reviendra avec un sourire béat… faut croire que l’autre piscine regorgeait de beautés… et je ne parle pas ici d’architecture vous l’aurez deviné!

SAM_0836

Cette petite pause fraicheur nous a fait le plus grand bien et nous aura permis de survivre encore quelques heures. Nous sommes retournés au New York, New York pour souper dans un Pub Irlandais. Et nous avons terminé notre journée par un arrêt à l’Excalibur et une visite plus complète de notre propre hôtel. Ce que je n’avais pas réalisé en réservant au Planet Hollywood, c’est qu’il y a une section de ce casino appelé le « Pleasure Pit ». Vous aurez deviné que Monsieur ne trouve rien à redire à ce sujet, mais que pour les yeux d’une jeune fille de 11 ans… c’est une autre histoire. Vous auriez dû voir la face de Poulette à la vue de ces serveuses, ces croupières et ces danseuses toutes plus écourtichées les unes que les autres! Mais bon, ne criez pas au scandale, nous ne faisions qu’y passer dans le but de rejoindre notre chambre, car il se fait tard et nous ne tenons plus debout.

La levée du corps est assez facile le lendemain et le soleil est toujours aussi radieux. Nous déjeunons au « Planet Dailies » avec une offre très intéressante, crêpes à volonté pour 6.99$. Et en bonus, Poulette peut profiter du wi-fi gratuit ce qui lui permet de « face-timer » à ses amis, car qui dit voyage avec une pré-ado, dit aussi que les amis voyageront virtuellement avec nous. La question du wi-fi sera d’ailleurs une préoccupation de chaque instant durant les prochains jours.

Une fois la panse bien remplie, nous sommes d’attaque pour poursuivre la découverte de la ville. Nous circulons dans quelques hôtels et quelques boutiques. On ne se le cachera pas, Las Vegas est un paradis pour les papas (!), mais ce n’est pas nécessairement l’endroit le plus intéressant pour un enfant. C’est pourquoi j’avais réservé une surprise à Poulette, le musée de cire de Madame Tussaud. Oh! Le plaisir que nous avons eu à cet endroit. Nous nous sommes vraiment bidonnés tous les trois et avons passé près de deux heures à se photographier avec nos vedettes préférées. Il n’y avait presque personne à cette heure du jour et nous avons pu prendre notre temps, ce que nous avons grandement apprécié. La journée s’est poursuivie par la visite de d’autres hôtels, une petite saucette à la piscine et le spectacle des fontaines du Bellagio avant de retourner à la chambre.

SAM_0455
SAM_0938
954665_10200836412205932_1320661898_n

Pendant que Poulette dormait profondément, Monsieur et moi sommes allés tenter de gagner au casino de l’hôtel assez d’argent pour payer nos vacances… résultat, nous en avons gagné suffisamment pour un repas au restaurant! C’est quand même mieux que rien. Après avoir dépensé dans les machines, nous décidons d’aller jeter un coup d’œil rapide aux lumières de la Strip. Nous ferons quelques pas à l’avant de notre hôtel, rejoindrons la passerelle la plus près pour y prendre quelques photos, mais le retour à la chambre sera assez expéditif, car maman poule est inquiète de savoir sa progéniture seule dans la chambre.

Réveil très tôt ce matin, car le vrai voyage commence aujourd’hui. Nous allons récupérer notre Cruze, programmons le GPS et prenons la route en direction de la Vallée de la mort en n’oubliant pas de faire un petit arrêt pour se photographier devant la mythique pancarte de Las Vegas. Nous quittons rapidement la ville. Les paysages deviennent alors magnifiques.

SAM_0500

Environ 1h30 plus tard, nous faisons notre entrée à Death Valley. Nous voulons nous faire photographier en famille devant la pancarte de l’entrée, mais nous sommes complètement seuls au beau milieu de nulle part. J’installe donc l’appareil en mode « retardateur » sur le capot de la voiture et hop! Une petite photo mal cadrée pour la gloire. La chaleur est vraiment intense. Nous savions qu'il allait faire chaud en plein mois de juillet, c'est pourquoi nous avions prévu de traverser la vallée sans y faire de randonnée. Seulement quelques arrêts photos aux points de vue les plus populaires. Les paysages sont merveilleux, différents de tout ce que nous avons connu dans nos précédents voyages. Nous avons même l’impression à un moment d’être sur une autre planète tant la nature qui nous entoure est remarquable.

SAM_1007
SAM_1017
SAM_1018

Nous arrêtons au Visitor Center  de Furnace Creek pour payer notre droit de passage et pour pique-niquer. Vous aurez deviné qu’il est impensable de manger dehors par une chaleur pareille. Nous dégustons donc nos sandwichs bien installés à l’air climatisé à l’intérieur de la voiture. Ce n’est pas écologique ni économique de gaspiller ainsi du carburant, mais avec une chaleur de 123 degrés fahrenheit, ce n’est ni plus ni moins que de la simple survie! Tout le long de la route, nous nous sommes amusés à photographier le thermomètre de la voiture pour avoir une preuve du maximum atteint dans la journée. Vous voulez savoir? 134 degrés fahrenheit. Nous avons atteint cette chaleur vers 14h tout près de Mesquite Dunes.

SAM_1038

Parlant de ces fameuses dunes de sable… les paysages de Death Valley sont très variés et nous avions très hâte de pouvoir aller marcher dans les dunes, car elles représentent pour nous l’idée que l’on se fait du désert. Nous stationnons donc notre Cruze, arrêtons le moteur et débarquons de la voiture. Et là, c’est le choc! Le choc thermique… Il fait sec! Terriblement chaud et sec. J’ai l’impression que ma salive s’est évaporée à l’instant même où j’ai mis un pied dehors. Nous prenons chacun une bouteille d’eau et tentons d’avancer un peu sur les dunes. La chaleur du sable est si extrême qu’elle transperce les semelles, pourtant très épaisses, de nos souliers. Poulette et moi ne pouvons tenir plus de 5 minutes et retournons rapidement dans la voiture. Monsieur est plus téméraire et tente de s'aventurer un peu plus loin. Arrivé sur le dessus de la première dune, soit à peine 150 pieds devant nous, il est frappé par un courant d'air chaud insoutenable. Il a du mal à respirer tant la chaleur est incroyable. Il revient à la voiture et nous dit : « Je pense que je pourrais comparer ça à tournoyer dans une sécheuse en marche! » Nous rions un bon coup et reprenons la route vers Bishop, notre point d’arrêt pour cette nuit.

SAM_1031

Arrivés à notre motel, nous n’avons qu’une idée en tête, faire une petite saucette dans la piscine. La température de l’eau est parfaite, juste ce qu’il faut pour nous rafraichir. Je ne suis pas une grande baigneuse, je décide donc de profiter que Monsieur et Poulette font des pirouettes aquatiques pour aller m’informer à quel endroit nous pourrions souper ce soir. On me suggère le restaurant Jack’s et on me recommande chaudement de goûter à leurs tartes. Ce fut un excellent choix. La nourriture était bonne, les portions gigantesques et les prix plus que raisonnables. Au moment du dessert, la serveuse nous défile une liste longue d’un kilomètre des différentes saveurs de tartes. Tellement de possibilités que j’en perds mon anglais et je me commande une tarte aux « blackberry » alors que j’en voulais une aux « blueberry ». Et le pire, c’est que je suis surprise de constater à ma première bouchée qu’il y a plein de petits grains dans ma tarte… on dirait des grains de framboises. Sont bizarres leurs bleuets par ici?!

Après une bonne nuit de sommeil, nous reprenons tôt la route en direction du Parc Yosemite. Au programme aujourd’hui, la traversée du parc par la Tioga Pass. La seule randonnée prévue est celle de Tuolumne Meadows  pour aller voir les séquoias en fin de journée. Encore aujourd’hui, le ciel est bleu et le temps est magnifique. Température moins chaude qu’hier, beaucoup plus propice pour visiter. Nous croisons un cerf et des dizaines « d’écrapouts », petites bibittes poilues à mi-chemin entre la marmotte et l’écureuil qui finissent très souvent aplaties sur le bord de la route, d’où leur petits surnoms. Les paysages de Yosemite sont très différents de ce que nous avons vu hier, mais Monsieur et moi avons un véritable coup de cœur. À chaque tournant de la route, un nouveau pic, une nouvelle montagne, un nouveau lac nous éblouit!

SAM_0565
SAM_1075
SAM_1083

La nature est si grandiose dans ce parc, que nous nous laissons même tenter par une petite randonnée supplémentaire. Poulette par contre commence à trouver le temps long. Elle en a assez des montagnes, elle est tannée de marcher et elle veut manger une crème glacée. On réussit tout de même à la faire tenir jusqu’à la randonnée des séquoias, mais le retour sera pénible. Elle trouve que c’est vraiment trop long de monter une côte à pied pendant 45 minutes! C'est donc avec un peu de regret que nous quittons Yosemite pour nous diriger à notre hôtel de Modesto.

Ce soir-là, nous avons réservé une chambre à l’hôtel Days Inn. Comme je sors de la réception après avoir fait le « check-in », je constate qu’un autobus rempli de cousins Français vient tout juste d’arriver lui aussi. Vite! On se dépêche d’aller à la piscine avant que tout ce beau monde décide d’en faire autant. Comme de raison, ça ne prendra pas 10 minutes que toute la France débarquera elle aussi pour se rafraichir! Dodo bien mérité ce soir-là.

Nous prenons la route assez tôt le lendemain matin, direction Alameda qui sera notre point de chute pour les deux prochaines nuits. Après plusieurs recherches, nous avons décidé de dormir en dehors de San Francisco et je n’ai vraiment pas regretté ce choix. Alameda est une petite île tranquille  située en face de San Francisco. De là, il est possible de prendre un bateau pour rejoindre Fisherman’s Wharf en moins de 30 minutes. Nous sommes tout d’abord passé à notre motel, question de se repérer un peu, mais aussi pour nous changer. En effet, la température a baissé drastiquement depuis notre départ de Modesto et l’air frais du Pacifique se fait bien sentir. On sort les jeans et les vestes, sauf Monsieur qui n’a rien apporté de long dans ses bagages, car il partait en Californie et qu’il fait toujours chaud en Californie! Nous embarquons sur le bateau vers midi et admirons la vue sur San Francisco, sur le pont d’Oakland et sans oublier sur Alcatraz. La visite de cette prison légendaire ne nous intéressait pas plus qu’il faut, nous ne l’avions donc pas mis au programme. Mais c’est tout de même impressionnant de naviguer tout près.

SAM_1123
SAM_1129
SAM_1135

Arpenter les rues de San Francisco était un rêve que je chérissais depuis longtemps. Les secteurs touristiques de Pier 39 et de Fisherman’s Wharf étaient bondés de gens, de boutiques, d’animation de toutes sortes. Tout pour plaire aux hordes de touristes débarqués des autobus de tours organisés. Nous avons nous aussi joué un peu les touristes en photographiant les lions de mer, en se faisant poser devant un « cable car » et en étant déçu de ne pas apercevoir le Golden Gate, dissimulé dans la brume ce jour-là.  Mais le plus agréable pour nous a été sans contredit de descendre à pied la célèbre rue Lombard, vous savez celle qui ressemble à un gros serpent fleuri? Encore a-t-il fallu réussir à arriver là pour pouvoir y descendre… c’est que les rues de San Francisco montent et descendent sans arrêt. Ça, je le savais. En fait, ma tête le savait, mais mon corps lui n’y était pas vraiment préparé! Et savoir que les rues montent et descendent est une chose, le vivre en est une autre. Mes mollets souffrent le martyr juste à y repenser!

SAM_1188
SAM_1193
SAM_1200
SAM_1203

Nous passons un bon moment dans le secteur de la rue Lombard, tant ce décor nous enchante. Nous poursuivons un peu notre promenade dans les rues avoisinantes, mais les pauvres jambes de « poulette » n’en peuvent plus. Nous reprenons le bateau et nous allons nous reposer un peu au motel avant d’aller souper. Nous décidons ce soir-là de manger chinois… en fait, la plupart des restaurants à Alameda sont chinois, car la plupart de ses habitants le sont aussi! Le « Chef’s Wok » est situé à deux minutes à pied de notre motel et la nourriture y est excellente. Les prix sont très abordables et les portions énormes. Tellement grosses, que nous avons rapporté les restes à la chambre et que nous avons soupé avec ceux-ci le lendemain soir. Petit fait cocasse de la journée, nous étions les seuls « non-chinois » parmi la centaine de clients du restaurant et la serveuse, probablement très peu habituée à servir des Québécois, a regardé Monsieur se débattre avec ses baguettes durant tout le repas sans jamais lui proposer une fourchette sauf au moment précis où il terminait son assiette!

On se la coule douce le lendemain matin puisque nous avons décidé de prendre le bateau de 9h. On débarque cette fois au Ferry Building de San Francisco et l’on dirige directement vers Chinatown. Wow! Ce quartier chinois est beaucoup plus joli que celui de New York auquel nous sommes habitués. Nous y passons une partie de la matinée et nous nous dirigeons ensuite vers Union Square. Une petite fringale du midi nous oblige à faire un arrêt au « Cheesecake Factory » du magasin « Macy’s ». Les portions sont encore énormes, d’autant plus que nous nous laissons tenter par un de leurs gigantesques desserts. Le gâteau triple chocolat avec truffes aura même raison de Poulette qui a la dent pourtant très sucrée!

SAM_1237
SAM_1241

En après-midi, nous poursuivons, toujours à pied, la découverte de la ville en passant par plusieurs jolis quartiers. Nous faisons un court arrêt au « Cable-Car Museum » et nous décidons de reprendre le bateau à partir du Pier 41, plutôt que de retourner au Ferry Building. Somme toute, nous avons beaucoup apprécié San Francisco et notre seul regret aura été la brume qui cachait constamment le Golden Gate!

SAM_1207
SAM_1277

Nous sommes des lève-tôt vous l’aurez compris, c’est donc encore de bonne heure que nous prenons la route le lendemain. Nous nous dirigeons vers Monterey afin d’aller y visiter l’aquarium. Le traffic est très dense à Oakland et près de San Jose, ce qui rend le trajet assez pénible. Poulette aura même le temps de faire une sieste sur la banquette arrière. Il est près de 11h30 lorsque nous arrivons enfin à Monterey. Nous repérons rapidement notre motel pour ce soir. Juste en face, il y a des Outlets (oh surprise!) et nous décidons d’y faire un petit arrêt et d’en profiter pour dîner. Nous mangerons de succulents sandwichs, wraps et salades au « Lalla Grill ». Nous en aurons suffisamment pour en garder pour notre pique-nique du lendemain midi. Peut-être est-ce dû au fait que nous étions en mode « poissons » ce jour-là, mais nous avons trouvé que les boutiques n’avaient rien d’extraordinaires à cet endroit. Nous ne sommes donc pas restés longtemps et nous sommes partis vers l’aquarium. Nous avons trouvé un stationnement public sur Cannery Row, ce qui nous a permis de visiter un peu les boutiques du secteur.

Honnêtement, vue de l’extérieur, l’aquarium de Monterey ne m’inspire pas grand-chose. Je me demande même pourquoi il est considéré comme l’un des plus beaux au monde… Il faut dire que l’aquarium a été construit dans une ancienne usine à sardine, ce qui n’est pas très glamour vous en conviendrez. Mais une fois à l’intérieur… Wow! C’est magnifique. Nous y passons le reste de la journée tant il y a de choses à voir. Nous avons été émerveillés par l’exposition sur les méduses et par celle sur les hippocampes.  Plusieurs activités interactives ont fait la joie de Poulette et elle en a appris beaucoup grâce aux nombreux et très sympathiques bénévoles de l’endroit. Dodo très rapide ce soir-là.

SAM_1329
SAM_1340

Nous prenons la route vers 9h30 ce matin pour découvrir la côte du Pacifique. Depuis San Francisco, nous trainons dans notre sillage un épais brouillard. Il ne pleut pas, le mercure est idéal pour visiter, mais il y a toujours des nuages, de la brume, peu importe ce que c’est, ça nous bloque le paysage et c’est un peu frustrant. Et la journée d’aujourd’hui ne fera pas exception. Nous avons quand même eu droit à quelques belles éclaircies, nous permettant d’admirer les falaises de Big Sur et ses environs. Heureusement, car par endroit on n’y voit absolument rien et la route est si sinueuse que j’en ai mal au cœur. Nous faisons plusieurs arrêts en chemin, dont le Julia Pfeiffer Burns State Park. Très beau parc, qui doit être sublime sous un soleil radieux!

SAM_1372
SAM_1430

En roulant près de San Simeon, nous croyons apercevoir des animaux sur la plage… nous ne sommes pas tout à fait certain. Monsieur pense même que ce ne sont que des rochers. Juste au moment où l’on se décide à faire demi-tour pour retourner voir de plus près, nous voyons un grand stationnement rempli à craquer avec une pancarte qui dit : « elephant seals view ». Génial! On s’arrête quelques minutes et nous avons là le plaisir d’observer des dizaines de ces mammifères se prélasser sur le sable à quelques mètres de nous. Ils sont gros, ils sont bruyants, ils se chamaillent, nous les adorons!  Nous dormons ce soir-là à Arroyo Grande, petite ville sans grand intérêt à mi-chemin entre Monterey et Los Angeles.

SAM_1486

Je me réveille très tôt le lendemain, car c’est jour de grande excitation pour nous. En effet, nous allons ce soir visiter ma cousine qui est installée à Redondo Beach, banlieue de Los Angeles, depuis un an! Elle nous attend pour un BBQ et nous sommes très impatients de la revoir. Nous partons donc le cœur joyeux ce matin-là et décidons de prendre l’autoroute jusqu’à Solvang, plutôt que de poursuivre par la route qui longe la côte. Le ciel est encore gris, donc l’intérêt de suivre la côte n’est pas tellement grand. Ce qui est le plus choquant, c’est que dès que l’on fait quelques kilomètres dans les terres, le soleil se pointe et le ciel devient d’un bleu incroyable. La route est superbe, nous y croisons de nombreux ranchs et vignobles.

Soudain, une étrange odeur me fait sourciller de la narine… comme personne d’autre dans la voiture ne réagit, j’en viens à me demander si mon déodorant ne ferait pas défaut. L’odeur se fait de plus en plus intense. Je regarde par la fenêtre et aperçoit une affiche géante « Welcome to Garlic World ». J’éclate de rire, je baisse ma fenêtre et dis : « J’ai trouvé d’où provient l’odeur… nous traversons des champs d’ail! ». Poulette me répond : « Hein? Où ça des chandails? » Petit moment de rigolade en cette belle journée.

Nous faisons ensuite un arrêt à Solvang, un charmant petit village Danois que nous avons adoré. Nous marchons un peu dans les rues, dégustons une très bonne brioche et magasinons un souvenir pour la gardienne de notre chien! Nous reprenons la route assez rapidement, car Monsieur a bien l’intention de profiter de la plage aujourd’hui.

SAM_1547
SAM_1549

Sur l’heure du midi nous arrivons à Malibu et Monsieur veut absolument profiter de cette plage rendue célèbre par la série « Alerte à Malibu ». Nous arrêtons donc quelques heures à Zuma Beach, qui est de loin la plus belle et la plus populaire des plages de la ville. On s’amuse ferme dans les vagues. L’eau est à environ 72, quand même pas si mal pour le Pacifique.

SAM_1577

Nous quittons la plage vers 15h et tentons de rejoindre notre hôtel. Oulala… le traffic sur la 10 et la 405. C’est infernal! On prend la première sortie que l’on voit et le GPS nos conduit à bon port en passant par les grands boulevards. C’est long, mais probablement vraiment moins long que d’être prisonnier des 9 voies d’autoroute. Après s’être enregistrés à l’hôtel et avoir pris une bonne douche, nous nous rendons chez ma cousine. C’est le bonheur! Nous sommes trop contentes de se revoir. Nous passons une très belle soirée et nous nous donnons rendez-vous le surlendemain pour une visite privée de Los Angeles et ses environs.

J’avais promis à Poulette que nous irions visiter un parc d’attractions durant notre séjour, mais nous n’avions pas encore arrêté notre choix. Après discussion, nous décidons d’aller à Universal Studios, que nous n’avions pas fait lors de nos voyages en Floride. Nous sommes vendredi et il y a un monde fou. Je n’ose même pas imaginer le week-end. Nous décidons de ne pas prendre le Fast-Pass et de prendre notre mal en patience. Tant pis si on ne peut pas tout faire en une seule journée. Universal c’est bien, mais l’attente était très désagréable. Minimum une heure à chaque attraction. 45 minutes pour se commander un repas! Nous avons tout de même réussi à faire tout ce que nous tenions à faire et la visite des studios, que nous avons fait à la toute fin de la journée, nous a enchanté au point de nous faire oublier les heures perdues dans les trop longues files d’attente. Nous étions épuisés à la fin de cette journée, si bien que nous avons fait un arrêt rapide chez Target pour se ramasser de quoi grignoter à la chambre plutôt que d’aller au restaurant. Personne ne s’est fait prier pour dormir ce soir-là.

SAM_1588
SAM_1603
SAM_1625

La nuit fût réparatrice et nous sommes tous de bonne humeur au réveil le lendemain. D’autant plus que nous avons rendez-vous avec la meilleure guide privée de LA, ma cousine! Au programme aujourd’hui : découverte de Los Angeles et ses environs en Mini-Cooper décapotable s.v.p.! Poulette est énervée comme ce n’est pas possible! On commence par Hollywood boulevard et le Chinese Theater. Par la suite, elle nous amène dans Hollywood Hills et les maisons de stars. Nous voyons la maison (ou plutôt la clôture de la maison!) de Bruno Mars, celle d’un des frères Jonas - je ne sais même pas c’est qui les Frères Jonas! – et aussi celle d’une autre vedette de pop dont j’ai oublié le nom. Poulette est aux anges et devient  un vrai paparazzi. 

SAM_1741
SAM_1766

Viennent ensuite Beverly Hills et Rodeo Drive. Nous souhaitons secrètement apercevoir une vedette, mais nous devrons finalement nous contenter d’une fausse Beyonce, photographiée au volant d’une voiture de luxe arrêtée au même feu de circulation que nous! Nous roulons ensuite sur Sunset boulevard jusqu’à Santa Monica. Pause-repas sur 3rd Avenue dans un bon restaurant italien avant d’aller faire une petite promenade sur le célèbre quai. Ensuite, nous prenons la direction de Venice Beach. Quelle expérience! Il y a beaucoup de monde et nous sommes tombés sur le week-end du « Summer Fest ». Plein d’exposants, de démonstrations de toute sorte, bref c’est très agréable de s’y promener.

SAM_1798
SAM_1810
SAM_1824
SAM_1828

Venice Beach c’est, aussi et surtout, le rendez-vous des plus bizarres de tous les bizarres. C’est à cet endroit que l’on peut rencontrer une vielle-dame-habillée-d’un-pyjama-à-motifs-dalmatiens-qui-promène-son-vrai-dalmatien ou encore un monsieur-muscle-de-75-ans-en-speedo-beaucoup-trop-gonflé-et-au-corps-beaucoup-trop-huilé-en-patins-à-roulettes et même un ancien-vétéran-qui-traine-une-remorque-avec-son-chien-en-bikini-rose-et-des-lunettes-soleil. Vous voyez le genre? Nous en avons eu plein les yeux. Poulette veut un souvenir spécial de Los Angeles... nous acceptons un tatoo… au henne évidemment! Elle est folle de joie. Nous rentrons à l’hôtel vers 20h. Cette journée fut des plus agréables. Non seulement nous avons vu beaucoup de choses, mais surtout nous avons passé du bon temps en famille et c’est le cœur gros que nous nous sommes quittées ce soir-là ma cousine et moi.

En prévision de notre journée du lendemain, ma cousine m’avait suggéré de faire un détour par Palos Verdes pour voir les paysages. Mais comme il y a (encore!) beaucoup de nuages à notre réveil, nous  décidons de laisser tomber et de prendre directement la route pour San Diego. Nous arrêtons en chemin à Laguna Beach. Belle plage tranquille située dans un quartier assez huppé. Nous y passons un moment et admirons les nombreux surfeurs qui s’y trouvent. Deuxième arrêt à Oceanside, un peu plus au sud. Nous passons quelques heures sur cette plage très achalandée dont le sable est de couleur foncé, mais où les vagues sont vraiment très amusantes.

SAM_1835
SAM_18711

Nous profitons de la piscine et du spa de notre dernier motel avant d’aller souper. Voilà presque deux (2) semaines que nous avons envie d’aller manger chez Friday’s et nous avons décidé que c’est ce soir que ça se passe. Le GPS nous indique qu’il y en a un à moins de 10 minutes. Alors que nous suivons les directives de notre GPS, je m’aperçois que l’on se rapproche beaucoup du centre-ville de San Diego… je dirais même que nous nous dirigeons directement dans le Gaslamp Quater. Tu parles d’un bel adon! Nous sommes dimanche soir et il y a pas mal de monde en ville. Au moment de payer mon stationnement dans la machine prévue à cet effet, l’imprimante cesse de fonctionner et refuse de me donner mon ticket. 15$ ont bel et bien été pris sur ma carte de crédit, mais je n’ai pas le billet pour le prouver. J’emprunte le cellulaire d’un gentil monsieur pour téléphoner à la compagnie de stationnement. On me fait pour réponse, garez-vous ailleurs et téléphonez demain pour vous faire rembourser. Bravo!  Heureusement, une voiture quitte au même moment un espace sur la rue. Monsieur s’empresse d’aller se stationner pendant que je tente de déchiffrer les heures de fonctionnement du parcomètre. Ah bien! Pas besoin de mettre de la monnaie, les parcomètres ne fonctionnent pas le dimanche… on aurait dû regarder ça avant!

Le lendemain, c’est déjà notre dernière journée de visite. Nous arrivons au zoo de San Diego vers 9h30 et nous débutons par le tour d’autobus, question de s’orienter un peu. Ce zoo est vraiment très beau et très grand. On peut s’y promener à pied, en téléférique et en autobus. Il y a même des escalateurs à ciel ouvert pour rejoindre les divers secteurs du site. On y retrouve plusieurs espèces d’animaux et nous avons grandement apprécié la proximité de ces derniers dans les enclos. Cependant, nous avons trouvé que ce zoo est un vrai labyrinthe. Pas toujours facile de s’y retrouver. Nous passons un bon moment à observer les koalas qui étaient très actifs cette journée-là. Il y avait une foule incroyable pour voir les pandas. Nous n’avons pas attendu, nous les avons regardé de loin et cela nous a suffit. Ce que j’ai personnellement le plus apprécié de ce site comparativement aux autres zoos que nous avons visité par le passé, c’est la splendide végétation qu’on y retrouve. C’est un jardin botanique à lui seul. Vraiment une très, très belle journée.

SAM_1927
SAM_1936

Nous nous réveillons assez tôt le lendemain, car nous devons quitter la chambre à 9h pour aller reporter la voiture de location. Je ne pourrais expliquer comment c’est arrivé, mais un drame se produit au moment de quitter l’hôtel… J’embarque dans la voiture et j’entends Poulette se mettre à hurler à l’arrière. Je me retourne et découvre qu’elle n’est pas assise sur le siège, mais plutôt debout à côté du véhicule et qu’elle crie parce que Monsieur lui a roulé sur le pied! Vite un peu de glace, on vérifie qu’il n’y a rien de cassé, on sèche les pleurs et on rit finalement un bon coup. Il y a eu beaucoup plus de peur que de mal, mais avouez que les vacances se seraient très mal terminées s’il avait fallu courir à l’hôpital avant de prendre notre vol de retour.  

En moins de 15 minutes, nous sommes déjà assis dans la navette qui nous mène à l’aéroport! La petite égratignure sur le pare-choc avant a passé inaperçue, la voiture est rendue sans aucun frais supplémentaires. Vol de retour sans histoire avec une escale à Toronto. Nous avons passé les douanes à cet endroit. Aucune attente, en deux (2) minutes tout était fait. Nous sommes arrivés à la maison vers 1h du matin (heure de Québec). Ah! Quel bonheur de dormir dans son lit! Ce fût un superbe voyage. Bien équilibré et très varié. Nous avons pris des tonnes de photos, nous avons passé du bon temps en famille et nous avons décroché totalement du quotidien. Vivement les prochaines vacances!

SAM_1992